Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 19:06

Les naïfs nous diront sans doute qu'il s'agit là de dérive. Des dérives qui ont lieu tous les jours, dans tous les pays, j'aurais tendance à appeler ça un symptôme caractéristique d'une maladie bien plus profonde. La trogne du chef des supporters Napolitains, qui impose sa loi, aussi me paraît symptomatique des personnalités que draine le football.

Bises

Zinedine Z.

 

Le pouvoir italien pris entre mafia et violence dans les stades

http://www.rfi.fr/europe/20140506-italie-matteo-renzi-pouvoir-italien-entre-mafia-violence-stades-football/

 

L'Italie n’est pas encore parvenu à éliminer la violence dans les stades. Samedi, au Stade Olympique de Rome qui accueillait la finale de la Coupe entre la Fiorentina et Naples (1-3), a montré la faiblesse des institutions face à la force de groupes d’ultras. Il a fallu attendre 45mn pour que match démarre, et c’est indirectement le chef des ultras de Naples, fils d’un boss de la camorra, la mafia napolitaine, qui en a donné l’autorisation.

Avant la finale de la Coupe, il y a eu des altercations entre supporters de la Fiorentina et de Naples. En fin d’après midi, à 300m du stade olympique de Rome, le chef des ultras de l’AS Roma, armé, a tiré contre des « tifosi », supportersde Naples, blessant très grièvement l’un d’eux âgé de 29 ans. Cet homme armé, qui a été lui-même été blessé par la suite par des tifosi de Naples, est inculpé de tentative de meurtre. Très vite, dans l’enceinte du stade archi comble, les tifosi de Naples ont su que l’un d'entre eux était gravement blessé. Quelqu’un a même fait courir le bruit selon lequel il était mort. La tension s’est exacerbée. Les tifosi ont lancé pétards et fumigènes, blessant cette fois-ci des stewards et un pompier.

Après 45 minutes de retard, le matche a pu démarrer. Mais seulement à l’issue d’un conciliabule entre le chef de la police, le capitaine de Naples, le slovaque Marek Hamsik et le chef des ultras de Naples, Gennaro De Tommaso, connu sous le surnom « Genny la charogne ». Un colosse à la tete rasée, tout en muscle et en tatouage. C’est donc Genny la charogne qui a calmé les tifosi pour que le matche se dispute, après avoir obtenu on ne sait quelles garanties.

Impuissance des autorités

Comme le soulignent les médias, il aurait suffit de lancer un appel, puisque les hauts-parleurs ne manquent pas dans ce stade, pour informer spectateurs et tifosi de la situation réelle. Ensuite, il faut savoir que parmi les spectateurs présents dans la tribune d’honneur, il y avait le président du Sénat, Pietro Grasso, et le chef du gouvernement. Or, ce soir là, on a vu un Matteo Renzi qui semblait impuissant face à un Genny la charogne dictant ses lois. Tout a été filmé.

De son coté, le ministre de l’Intérieur, Angelino Alfano, a ajouté de l’huile sur le feu. Il assure qu’il n’y a pas eu de négociations entre ultras, en odeur de mafia, et représentants de l’État. Cet évènement a donné l’image humiliante d’un pays aux institutions fragiles.

Italie : la Charogne, la mafia et le football

Partager cet article

Repost 0
Publié par Zinedine Z. - dans Beauté du sport mafia
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Zinedine Z.
  • Le blog de Zinedine Z.
  • : Ce blog prétend déjouer l'hypocrisie du discours dominant sur le sport. Le sport est une emprise sur l'activité physique, une clôture pour la rentabiliser. Il tient le corps dans sa poigne de fer. Il enferme ses jeux, ses efforts, dans un système de mesures, afin de classer, comparer, hiérarchiser. Il presse l'activité physique sans fin pour en exiger une plus-value perpétuelle. On ne peut pas séparer le sport de la logique compétitive imposée aux êtres humains. A l'affrontement sportif correspond la lutte pour la survie, le "struggle for life" du capitalisme.
  • Contact

Recherche