Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 09:47

Oyé oyé, c'est demain jeudi 12 juin que nous nous rassemblons à 18h devant (ou à côté de) l'ambassade du Brésil pour protester contre l'organisation de la coupe du monde, les personnes chassées de leur maison, les milliards dépensés au bénéfices des multinationales capitalistes, dont la FIFA, et la répression des mouvements sociaux au Brésil.

A demain !

Bises

Zinedine Z.

 

 

Déballonnons la FIFA !

http://www.grouchos.org/140607fifabresil.html

 

La FIFA de Sepp Blatter, face à la fronde sociale qui se manifeste au Brésil, voudrait presque se dédouaner en disant, par la voix de son secrétaire général Jérôme Valcke : « ce n'est pas la FIFA qui organise le Mondial au Brésil, mais le Brésil qui organise le Mondial dans douze villes ».

Se donner des chances de comprendre la teneur politique de l'opposition qui se manifeste presque depuis un an là-bas, consiste à lier la situation brésilienne à l'institution sportive ce que d'aucun, par simplisme ou pire ! par tactique pro-sportive, voudrait séparer. Le sport s’inscrit non seulement dans la logique du capital mais inversement aiguillonne particulièrement le mode de production dominant: il est non seulement la norme de l'engagement au travail mais aussi un modèle d'identification dans les rapports sociaux de classe. C'est ainsi que la coupe du monde de football agglomère un bloc capitaliste réunissant des multinationales, la tête de l’État brésilien et son gouvernement et bien sûr la FIFA à travers le COL (Comité d'organisation Local) de Ricardo Trade.

La raison de notre soutien au beau mouvement social brésilien et en particulier aux grévistes du métro de Sao Paulo, tient dans la dénonciation de l'immense appropriation privative des ressources commune du Brésil. Le spectacle du ballon rond a pour fonction politique de drainer l'argent public :

  • vers les grandes multinationales qui sponsorisent l’événement,

  • vers les puissants qui règnent là-bas au Brésil,

  • et bien sûr vers cette mafia sportive aux profits juteux qu'est la FIFA.

Les manifestants ne scandent-il pas : « la coupe est pour qui ? Pas pour nous » ! En effet, non seulement la FIFA fait des bénéfices astronomiques (plus de 2 milliards de chiffre d'affaire par an!) qui sont proprement indécents face à l'extrême pauvreté, mais elle impose aussi ses exigences de prestige qui ont des effets inhumains :

  • expulsions d'habitants pour permettre des constructions de haut standing pour les riches dans les zones urbaines, évacuation manu militari et destruction des habitations des populations autochtones,

  • instauration d'un ordre politique qui ressemble à un État de siège où l'intention politique est de museler les syndicats et le mouvement social à l'aide de 170 000 policiers et militaires et de juges aux ordres,

  • des cadences infernales, des risques mortels pour les ouvriers qui travaillent sur les chantiers des stades en construction ou en rénovation : déjà sept ouvriers morts depuis le début des travaux pour ce Mondial.

Contre les mirages du football : rassemblement devant l'ambassade du Brésil à Paris (M° Alma Marceau), le jeudi 12 juin à 18h00 !

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

TT 15/06/2014 16:46

Sans oublier l'impact écologique de ces méga-événements, d'autant qu'il y en aura encore un en France : http://yannickrumpala.wordpress.com/2010/05/29/euro-2016-l%e2%80%99invisible-empreinte-ecologique/

Présentation

  • : Le blog de Zinedine Z.
  • Le blog de Zinedine Z.
  • : Ce blog prétend déjouer l'hypocrisie du discours dominant sur le sport. Le sport est une emprise sur l'activité physique, une clôture pour la rentabiliser. Il tient le corps dans sa poigne de fer. Il enferme ses jeux, ses efforts, dans un système de mesures, afin de classer, comparer, hiérarchiser. Il presse l'activité physique sans fin pour en exiger une plus-value perpétuelle. On ne peut pas séparer le sport de la logique compétitive imposée aux êtres humains. A l'affrontement sportif correspond la lutte pour la survie, le "struggle for life" du capitalisme.
  • Contact

Recherche