Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2007 3 12 /12 /décembre /2007 21:34

Non au consensus autour des J. O. !

Non à la contribution française à la tyrannie d'État chinoise !


À Moscou, en juillet 2001, le Comité international olympique (CIO) confia à la ville de Pékin l’organisation des Jeux olympiques d’été 2008. Cette décision place ainsi la Chine en position de modèle politique, social, économique et sportif pour toute la planète. Or, le Parti-État chinois, qui liquida dans le sang ses opposants lors des événements de Tien An Men en 1989, continue de bafouer les droits démocratiques élémentaires, multiplie les camps de concentration (“rééducation”, “travail”) et développe une géopolitique d’agressions. La charte olympique y changera-t-elle quelque chose ? L’histoire prouve que le CIO ne respecte pas ses idéaux de “fraternité”, de “paix” et d’“amitié”.

Beijing-2008.gifAprès les Jeux de la croix gammée (Berlin 1936), les Jeux du goulag (Moscou 1980), voici les Jeux du despotisme d’État totalitaire et de l’esclavagisme sportif. Derrière le voile idéologique du “plus grand show sportif de l’histoire”, un véritable projet de mondialisation se dessine. Pékin en sera l’incarnation spécifique, après d’autres villes  (Mexico en 1968 ou Los Angeles en 1984) et avant de nouvelles (Londres en 2012, etc.). La “machinerie silencieuse de l’olympisme” voulue par Coubertin doit cesser de nuire:

- Réprimer et détruire.Le gouvernement chinois tente de briser tout ce que la Chine compte de dissidents, d’opposants, d’insoumis, d’intellectuels critiques, de pauvres, d’improductifs et de syndicats libres. La peine de mort s’est officiellement appliquée à 1770 individus en 2005, et 3990 y sont condamnés. La Laogai Research Foundation dénombre 4000 camps de travail. L’organisation de ces J. O. accélère la destruction de nombreux quartiers populaires (hutongs) et sites historiques dans le cadre d’une urbanisation sauvage dirigée contre les populations les plus pauvres (expropriations de terres, etc.). La reconnaissance internationale des Jeux, consacrée par le consensus olympique, donnera un visa d’honorabilité à ces violences.

- Conquérir et coloniser. La Chine, qui a des visées de conquête sur Taïwan, poursuit également une offensive diplomatico-guerrière à l’encontre du Japon et terrorise la région autonome des Ouïghours. La colonisation du Tibet prend une tournure de génocide: assassinats, tortures et avortements forcés se pratiquent en totale impunité.
Grâce aux illusions de “paix et d’amitié entre les peuples”, les J. O. ont toujours servi d’écran aux stratégies bellicistes et exterminatrices (Hitler et la Seconde Guerre mondiale, les Soviétiques et l’Afghanistan).

-  Doper, surveiller et punir. Avec la course aux médailles, la course aux armements biologiques entre la
Chine et le reste du monde est lancée. L’enjeu en est l’hégémonie sur les marchés internationaux. Dans la logique même de la compétition sportive, l’élevage sportif chinois est le prolongement d’un système d’encadrement de la population qui avait déjà cours en RDA, en Roumanie, en URSS et à Cuba. Le dopage, la surveillance et la punition sont érigés en système de contrôle. Les robots anabolisés et transfusés sont lancés à l’assaut des podiums.

- Corrompre et trafiquer. Le CIO, comme toute honorable société, coopte ses membres parmi les hommes d’affaires, les conseillers politiques, les aristocrates, les financiers et les champions reconvertis dans le lobbying. La corruption de certains de ses membres a été révélée par de nombreux scandales. Est-ce d’une multinationale aux fonctionnements occultes, qui défend ses propres intérêts (Mac Donald’s, Coca-Cola, Kodak, Panasonic, etc.), que nous pouvons attendre une démocratisation de la Chine? La signification des J. O., bien loin des rêves de “fête”,réside dans une stratégie de croissance du marché et de l’affairisme. Et la manoeuvre diplomatique du CIO consiste bien, à l’occasion des J. O. 2008, à soutenir un régime totalitaire esclavagiste.

-Abrutir et gaspiller. Le matraquage médiatique du spectacle olympique  participe d’un monde où la liberté disparaît. Camp de travail forcé rime avec camp d’entraînement. Cinq milliards d’euros sont actuellement dépensés pour imposer des “réjouissances” de quinze jours dans un pays où la population opprimée manque de tout. Le gaspillage de la fête olympique est une insulte à la misère du monde. Comment pouvons-nous tolérer que le milieu sportif, doté de fortunes colossales, donne une leçon de solidarité aux milliards d’individus vivant avec moins d’1 euro par jour?

Pour l’ensemble de ces raisons, nous appelons les associations de défense des droits de l’homme, les

organisations humanitaires, politiques et syndicales, les travailleurs, le monde sportif et l’ensemble des
citoyens à se prononcerpourle boycott de cette compétition et de l’ensemble des manifestations liées à son organisation.

BOYCOTT DES JEUX OLYMPIQUES DE PÉKIN!

http://cobop.free.fr/

Partager cet article

Repost 0
Publié par Zinedine Z. - dans Les J.O c'est pas beau
commenter cet article

commentaires

graphiste 14/04/2008 03:56

Des graphistes font feu sur les symboles olympiques !
Agoravox - Jeudi 10 avril, 14h11 -
Source yahoo.fr (sans les images) : http://fr.news.yahoo.com/agoravox/20080410/tot-des-graphistes-font-feu-sur-les-symb-89f340e.html
Source Agoravox (avec les images) : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=38547

Avec ces jeux Olympiques, a débuté une guerre de propagande sur le terrain des symboles que sont les logos, drapeaux et torches olympiques. Jamais autant de graphistes, de par le monde, n'auront autant concouru de créativité pour dénoncer le régime chinois ou supporter les jeux Olympiques de Pékin.

La Chine fait les frais de sa propagande tous azimuts et subit un retour de flamme sans concession, violent de la part des fers de lance des droits de l'homme comme Amnesty, Reporter sans frontières et une coalition de graphistes qui ont su utiliser à bon escient les médias internet pour provoquer une résonance graphique cacophonique qui entache et salit les symboles des jeux Olympiques chinois.

Le but étant, à bon chat bon rat, d'éviter que la Chine ne tire un profit politique de la célébration des jeux Olympiques en tentant de recentrer l'attention internationale sur les nombreux manquements du régime chinois au respect des droits de l'homme. Mission réussie et sans effusion de sang !

Des protagonistes qui ouvrent le feu sur les symboles olympiques de la Chine ?

En plus des habituels groupes contestataires comme Amnesty ou Reporter sans frontières, des particuliers vont appuyer leur combat grâce à une forte présence active sur internet, par le biais de sites internationaux comme MySpace, Facebook, YouTube et surtout sur le portail de photos Flickr ; sans compter toute une panoplie de gadgets, de podcasts, blogs et autres formes de média web - véritables armes de persuasion et de subversion rapides, gratuites et redoutables.

Le Darfour, la Birmanie, l'environnement, les droits des travailleurs, les droits des animaux, la peine de mort, la presse, la crise économique y compris les inconvénients liés à l'externalisation des entreprises ou le choix de nouvelles compétences professionnelles en Chine (entreprises off-shore et nearshore en anglais) sont autant de facteurs, de thèmes fédérateurs qui passionnent les internautes.

Un logo mis à feu et à sang

Avant le 8 août, on s'attendait à voir les symboles des Jeux - en particulier celui de la flamme olympique soumise à une attaque tous azimuts.

Avant que ne démarre le relais de la torche, avant la première levée de bouclier qui a émaillé le passage de la flamme olympique de Londres et de Paris, c'est le logo des jeux Olympiques de Beijing qui a souffert, à grand renfort de logiciels d'images, d'actes de subversion sans nombre transformant l'emblème officiel des Jeux de Beijing en une mare de sang symbolisant la répression du régime chinois.

Alors que les politiciens, sportifs et membres du CIO critiquent le régime chinois à fleuret moucheté, une armée de graphistes tout feu tout flamme en font voir trente-six chandelles au pauvre logo chinois. La cacophonie des activistes sur le net est si importante qu'il devient difficile en tapant "jeux Olympiques de Pékin" sur images.google.fr ou sur Flickr de ne pas tomber sur un logo étriqué, défiguré, criblé de balle ou face à un char d'assaut.

Un logo qui partait pourtant d'un bon principe d'espoir

L'emblème officiel des Jeux est appelé Sceau chinois, la danse de Beijing. Il représente dans un sceau rouge la stylisation de l'idéogramme chinois京 ing, de Beijing.

Le site officiel des Jeux stipule que l'emblème figurant un personnage troué est censé signifier l'hospitalité et les espoirs dont est garante la ville de Beijing ; hélas, au grand désespoir des organisateurs des JO chinois, le symbole pourtant très noble n'a pas fait long feu en Europe. Les graphistes n'ont pas attendu pour défaire le logo de Beijing.

Le plus célèbre d'entre eux a réalisé une planche, mettant en scène un condamné sous le feu d'un peloton d'exécution. Le cadavre sert de pochoir sanglant pour imprégner le mur de sa silhouette. Le symbole chinois y a perdu toute sa substance pacifique et d'espoir ! Impossible, à présent, d'entrevoir ce logo sans se remémorer les signifiants liés à l'exécution, à la mort, au sang et à la violence.

Un autre graphiste français, Sergenry, assimile le logo au tracé à la craie de la scène d'un crime (crime scene chalk, en anglais). Le slogan implicitement nous désigne le cadavre de l'Esprit des jeux Olympiques.

Sur le site de Playfair2008, les graphistes assimilent la mascotte chinoise à la sous-traitance surexploitée des ouvrières chinoises. Le mot d'ordre insiste sur le droit des travailleuses : No Medal for the Olympics on Labour Right ("Pas de médaille pour les jeux Olympiques sans les droits des travailleurs").

Toujours sur le thème de la médaille, le groupe World Coalition qui rassemble tous les acteurs engagés pour l'abolition universelle de la peine capitale, associe la médaille d'or au succès édifiant du nombre de peines capitales en Chine. Le slogan Some records must be broken ("Certains records ne sont pas à battre ; pour l'affiche française").

Mais alors, a-t-on tué l'esprit olympique ?

Tous les acteurs de tous bords cherchent des coupables au crime de lèse-majesté commis contre la flamme olympique de Paris. Untel citera les Chinois, un autre les pro-Tibétains, un tel autre les activistes des droits de l'homme, mais rarement on a pointé du doigt les membres du CIO.

Pour ma part, je pense que les premiers coupables sont les organisateurs du CIO pour ne pas avoir respecté l'article 2 de la charte olympique dont je vous soumets un extrait :

"Le but de l'Olympisme est de mettre le sport au service du développement harmonieux de l'homme en vue de promouvoir une société pacifique, soucieuse de préserver la dignité humaine." Cette simple phrase aurait dû suffire à écarter la candidature de la Chine.

L'esprit des jeux olympiques est mort pour cette année 2008, mais tel un phénix qui a péri sous les flammes, il renaîtra on ne peut mieux en 2012, et vous pouvez en être sur, les organisateurs ne joueront plus avec le feu olympique lorsqu'il s'agira de désigner le prochain pays organisateur des JO.

On peut dès lors entrevoir dans le geste des activistes des droits de l'homme un geste salutaire et nécessaire pour soigner l'Olympisme et, par conséquent, la démocratie.

BoyCott 08/04/2008 18:39

Boycott des cérémonies
Boycott des épreuves
Boycott des jeux

Avant de demander aux sportifs de mettre en œuvre vos propres idées citoyennes, commencer par les mettre en application vous-même.

Il y a bien assez de produits provenant de chine dans vos placards, que vous vous empressez d’acheter pour faire d’égoïstes économies…

Placez votre bonne conscience avant votre envie de vous payer un ciné, un pantalon ou un resto de plus avec l’argent ainsi économisé !!

Jeux olympiques de Pékin 2008 17/03/2008 02:38

Je ne pense pas que le boycott soit efficace. Néanmoins, si les Jeux olympiques de Pékin se déroulent comme prévus, la couleuvre sera dure a avaler par les dirigeant chinois car rien ne se passera comme prévu.
La propagande chinoise, a l'instar de toute dictature historique, a compris que les JO serait un porte-voix extraordinaire pour exalter son image.

A nous de nous servir des JO aussi pour contrer cette propagande nauséabonde (voir la propagande d'Adidas représentant une masse humaine organique ou l'individu n'existe pas) par notre propagande, celle de la liberté avant tout !

À moins de quelques mois des jeux olympiques de Pékin en Chine, nous devons rappeler que ce pays demeure un pays de Non-Droit violemment répressif qui ne répond pas aux critères internationaux en matière de droits de l'homme.

Pour que la démocratie ne soit plus une utopie en Chine, ne restons pas muets et communiquons d'arrache-pied, avec force d'images et courage pour faire crouler les fondations de ce régime totalitaire et cruel.

Participez à la résistance de l'oppression chinoise en envoyant les vidéos à tous vos proches ou collègues. Si vous êtes, vous-mêmes, illustrateurs, graphistes ou journalistes, exprimez-vous à ce propos, qu'il n'y ait aucun silence sur ce qu'il se passe en Chine.

La communication demeure l'arme la plus efficace qu'il soit pour servir une cause noble, servons-nous en !

______________________________________...
______________________________________...
Liens utiles :
________________________________________________
Liens utiles :
Jeux olympique de Pékin - Boycott
http://sergenry.fr.tc/beijing_2008.htm
Reporters sans frontières
www.rsf.org/rubrique.php3?id_rubrique=171
Amnesty :
http://www.amnesty.org/fr/library/asset/9ee7c03c-a2e9-11dc-8d74-6f45f39984e5/asa170512006fr.html
Affiches en plusieurs langues :
http://www.flickr.com/photos/graphiste

Didier L. 14/03/2008 21:25

Tout à fait d'accord. L'impunité totale au sujet des droits fondamentaux des individus qui ne sont pas respectés en Chine devrait jeter la honte sur la communauté internationale qui n'a jamais rien fait pour y remédier. On a peur de la Chine, de ses millions de soldats endoctrinés qui sont près à se sacrifier pour leur patrie, on a surtout peur de ne plus pouvoir se fournir en produits manufacturés fabriqués dans des conditions déplorables pour vendre au moindre coût. Est on vraiment près à risquer le rassasiment notre soif de consommation en critiquant la Chine et ses exactions exercés depuis la révolution culturelle?

Beijing 2008 05/03/2008 03:49

Dans le monde du sport, tout le monde n'est pas beau, tout le monde n'est pas gentil…
À moins de quelques mois des jeux olympiques d'été en Chine, nous devons rappeler que ce pays demeure un pays de Non-Droit violemment répressif qui ne répond pas aux critères internationaux en matière de droits de l'homme.
Pour que la démocratie ne soit plus une utopie en Chine, ne restons pas muets et communiquons d'arrache-pied, avec force d'images, pour faire crouler les fondations sanglantes d'un régime totalitaire et cruel.
Vidéo sur le site de Karl Zero :
http://leweb2zero.tv/video/beijing2008_6547c7774f4bd60

Image : Le sport, d'accord... La liberté d'abord !
http://sergenry.fr.tc/images/Beijing_2008_2.jpg

Image : Qui a tué l'esprit des Jeux Olympiques ?
http://sergenry.fr.tc/images/Beijing_2008.jpg

Présentation

  • : Le blog de Zinedine Z.
  • Le blog de Zinedine Z.
  • : Ce blog prétend déjouer l'hypocrisie du discours dominant sur le sport. Le sport est une emprise sur l'activité physique, une clôture pour la rentabiliser. Il tient le corps dans sa poigne de fer. Il enferme ses jeux, ses efforts, dans un système de mesures, afin de classer, comparer, hiérarchiser. Il presse l'activité physique sans fin pour en exiger une plus-value perpétuelle. On ne peut pas séparer le sport de la logique compétitive imposée aux êtres humains. A l'affrontement sportif correspond la lutte pour la survie, le "struggle for life" du capitalisme.
  • Contact

Recherche