Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 22:18

Victoire de la sélection espagnole, défaite de l’Espagne

(rebelion, 03.07.08) Guillermo Sánchez Vicente.

 

L’équipe espagnole de football a gagne une chose appelée “Eurocopa”. Les

rares Espagnols qui aiment vraiment le foot ont profité du match, les autres du résultat. […] Ainsi,

les masses déchaînées ont pu occuper les rues du pays et faire tout ce qu’un citoyen ordinaire ne se

permettrait pas de faire à un autre moment: klaxonner tard la nuit, donner l’accolade à des

inconnus, crier jusqu’à s’enrouer, se saouler publiquement et impudiquement, secouer des voitures

qui roulent sur la chaussée […] Tout pour un résultat qui ne va rien modifier aux vies réelles de

presque personne, mais qui octroie la dose suffisante de narcotique pour continuer à être aliénés

(Pain et football: le refuge de l’illusion). Le solde de la “victoire”: à Madrid, une bataille rangée

de fêtards à coup de bouteilles contre la police (cinquante deux arrestations), une augmentation de

presque 100 % des appels d’urgence, des agressions, des accidents de la circulation, des incendies

et des intoxications éthyliques, au moins cinquante blessés, plus de 43.300 kilos d’ordure

(demandant le double d’employés du nettoyage que ce qui avait été stipulé), un autobus et ses

passagers caillassés, des jeunes cassant les rétroviseurs des véhicules circulant tard la nuit … En

Catalogne, plus de 80 incendies de conteneurs d’ordure et quatorze arrestations. […] Ce qui est

préoccupant est que cela implique une inversion brutale des valeurs que nous prônons le plus et

appliquons le moins. La solidarité, le respect, le civisme, le cosmopolitisme… sont remplacés par le

patriotisme vulgaire, ethniciste et identitaire (après on déblatère contre les nationalismes

exclusifs!), par le fanatisme tribal, l’idolâtrie des multimillonaires (dont l’apothéose arrive lorsque

le “peuple” reçoit les joueurs), le refus de l’équipe (et du pays) adversaire, le mépris contre celui

qui ose affirmer qu’il aurait désiré la défaite de l’équipe de son pays […]

 

 

 

 

            Kaos en la red (01.07.08) rajoute une information, la retransmission « insistante, vulgaire et ultra nationaliste » en directe des festivités. Et le lendemain, sur une radio FM, une speakrine, « exultante et toute joyeuse commentait que la fête jusqu’au petit matin n’avait pas occasionné d’incidents, sauf un “putain de blessé ("herido de mierda”) qui gâchait la soirée. Tout à fait exact puisque le blessé mourut en tombant par terre. Un bon exemple d’aliénation chauvine, chez une
professionnelle de la communication. On constate (la consommation en moins) un schéma de manipulation identique sous le franquisme, la saison de foot étant suivi de celle de la corrida. Le pain et cirque du dictateur Jules César étant devenu pain, supermarché et foot (ou baseball et basket, ou foot et samba, suivant les pays).

 

Source : http://www.fondation-besnard.org/article.php3?id_article=671

Partager cet article

Repost 0
Publié par Zinedine Z. - dans Beauté du sport
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Zinedine Z.
  • Le blog de Zinedine Z.
  • : Ce blog prétend déjouer l'hypocrisie du discours dominant sur le sport. Le sport est une emprise sur l'activité physique, une clôture pour la rentabiliser. Il tient le corps dans sa poigne de fer. Il enferme ses jeux, ses efforts, dans un système de mesures, afin de classer, comparer, hiérarchiser. Il presse l'activité physique sans fin pour en exiger une plus-value perpétuelle. On ne peut pas séparer le sport de la logique compétitive imposée aux êtres humains. A l'affrontement sportif correspond la lutte pour la survie, le "struggle for life" du capitalisme.
  • Contact

Recherche