Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 15:32

Glop glop ! :-))

Merci Zep !

Bises

Zinedine Z.

http://zepworld.blog.lemonde.fr/2016/07/06/guerre-2-0/

 

Le foot, c'est la guerre
Le foot, c'est la guerre
Le foot, c'est la guerre
Le foot, c'est la guerre
Le foot, c'est la guerre
Le foot, c'est la guerre
Le foot, c'est la guerre
Repost 0
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 19:31

Encore un nouvel épisode dans la MaFifa. De plus en plus fort !

Merci au Canard

Bises

Zinedine Z.

 

 

Le foot triche comme Cresus
Repost 0
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 15:20

Ni ici ni ailleurs ! Le foot, les JO, on en veut pas, ça nous broute !

Que faut-il faire pour qu'ils le comprennent ? Pour l'instant, une manif ce vendredi à St-Denis. Vendredi 10 juin à 18h, Place de la Résistance à Saint Denis (Métro Porte de Paris)

Bises

Zinedine Z.

 

L’Euro pas sur notre dos !

https://paris-luttes.info/manifestation-l-euro-pas-sur-notre-6034

Mobilisation unitaire Vendredi 10 juin à Saint-Denis contre les impacts de l’Euro sur la ville.

À l’appel de : UL SUD-SOLIDAIRES Saint-Denis, Droit Au Logement (DAL),
Centre social Attiéké, Réseau Solidarité Logement, Ministère des Bonnets d’Ane, collectif Pas d’Enfant À La Rue, MRAP, AL, CGA, NPA

 

L’Euro pas sur notre dos !
 
Le 10 Juin 2010, l’Euro 2016 va démarrer à Saint-Denis …
 
Si l’Euro 2016, c’est 1,7 milliard d’euros de dépense net, soit ce que représente la construction de dizaine de milliers de logements, qui permettraient de loger les milliers de demandeurs-euses de logements sociaux, de rénover les batiments scolaires insalubres , de construire des équipement scolaires pour enfants, voire tout simplement d’embaucher des enseignant-es et d’améliorer les services publiques dans nos quartiers
 
Si l’Euro 2016, des milliers d’expulsés sans relogement dans le secteur de Saint-Denis, parce que les les hôtels sont réservés pour le public de la Coupe d’Europe…

Si l’Euro 2016, ce sont des élèves privés d’installation sportives comme les élèves de la classe foot du collège de Geyter

Si l’Euro 2016, ce n’est pas une "fête populaire", mais la construction d’un "mur" pour séparer physiquement les supporters de la population dionysienne ou encore un parc de la Légion d’honneur dénaturé et confisqué aux habitant-e-s pendant la durée de l’événement...

Si l’Euro 2016, c’est l’exclusion des plus pauvres des logements du centre-ville avec la rénovation et la gentrification des quartier gare et porte de Paris... 

Si l’Euro 2016, c’est une trentaine de caméras de vidéosurveillance installées dans le centre, qui n’assureront pas la sécurité mais bien la surveillance des habitant-e-s… Si c’est l’arrivée de milliers de policiers et de police privée dans la ville avec les conséquences que l’on connait : contrôle au faciès, arrestations arbitraires, tensions, limitation des déplacements…
 
Si l’Euro 2016, c’est le risque pour les femmes de se faire harceler dans la rue, dans les transports, agresser et violenter comme ça à toujours été le cas dans ces grands événements (Coupes du monde de football, fête de Bayonne, festival Rock de Stockolm…). Si c’est la concentration de milliers d’hommes dans la fan zone du parc de la légion d’honneur et toute la pression que cela représente pour les femmes autour…
 
Si l’Euro 2016, c’est des profits pour les sponsors (Coca-Cola, McDdo, Turkish Airlines, Adidas, Kronembourg) et presque aucune embauche d’habitant-e-s de la ville …
 
…. alors pour nous c’est NON !
L’Euro pas sur notre dos !
 
En plein mouvement social contre la loi travail et son monde :
Résistons, rassemblons-nous !
Vendredi 10 juin à 18h, Place de la Résistance à Saint Denis (Métro Porte de Paris)

À l’appel de : UL SUD- SOLIDAIRES SAINT-DENIS, DROITAU LOGEMENT(DAL),
CENTRE SOCIAL ATTIÉKÉ, RÉSEAU SOLIDARITÉ LOGEMENT, MINISTERE DES BONNETS D’ANE, COLLECTIF PAS D’ENFANTÀ LA RUE, MRAP, AL, CGA, NPA

P.-S.

Pour écouter la réunion publique de présentation des impacts de l’euro 2016 à Saint Denis :

Repost 0
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 10:00

De nos amis Grouchos, qui voyaient juste à propos de la FIFA depuis longtemps : http://grouchos.org/140607fifabresil.html

Mais rendons à Andrew Jennings ce qui lui revient, des enquêtes montrant les pratiques mafieuses des institutions sportives, CIO et FIFA en particulier. Deux livres :

  • FOUL! The Secret World of FIFA: Bribes, Vote-Rigging and Ticket Scandals, 2006[5][6]   en français : Carton rouge ! : Les dessous troublants de la FIFA. Presses de la Cité (4 mai 2006)
  • Omertà. Sepp Blatter's FIFA Organised Crime Family, 2014.[7]

Zinedine Z.

 

Le football est tout entier dans la crise actuelle de la FIFA (Fédération Internationale de Football Association) qui fut créée à Paris en 1904 avant de s'établir en 1932 à Zurich pour devenir une association à "but non lucratif". En tant qu'institution, cette organisation mondiale n'est pas une représentation du football réel, elle en est au contraire l'organe même dans la mesure où ce n'est qu'à travers la FIFA que l'on peut de nos jours évoquer le football. C'est la FIFA qui donne le la : il y a une profonde unité du football planétaire. Et cette crise n'est-elle pas aussi celle de la collusions avec les régimes autoritaires ou de dictatures accueillent les tournois internationaux ? De même, on dit souvent que "le football, c'est aussi le collectif, la solidarité, le jeu du peuple" alors que c'est la violence ordinaire des terrains et des tribunes qui est manifeste. Nous ressortons donc nos vieux dossiers sur le terrain de la violence de la compétition pour envisager la crise dans son ensemble.

 

http://grouchos.org/070407lemonde.html

 

 

Grafitti à Sao Paulo, été 2014. Les brésiliens, si "amoureux du footiball" ont bien compris de quoi il s'agit : des montagnes de fric sur le dos des pauvres.

 

Précisons que nous ne considérons pas l'UEFA et Michel Platini comme alternative au-dessus de tout soupçon.

https://pbs.twimg.com/media/BqJFWimCUAA7JmH.jpg

Repost 0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 17:03

Dans le Canard du 28 septembre (oui, j'ai du retard, je sais)

Ne voyez surtout pas là de la corruption, c(est un remerciement, rien à voir !

20 000€ la montre quand même !

Bises

Zinedine Z.

 

 

 

 

Cadeaux entre amis du foot
Repost 0
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 15:18

Je vous invite à aller voir ce film documentaire sur les grèves et mobilisation au Brésil en 2013 et 2014 avant la coupe du monde de foot. Très intéressant.

C'est dans le cadre du festival "Brésil en mouvement" un cycle de films sur la société brésilienne, au cinéma La Clef.

Zinedine Z.

 

La 10è édition de Brésil en Mouvements aura lieu du 8 au 12 octobre 2014 au Cinéma La Clef (Paris 5è).

http://bresilenmouvements.files.wordpress.com/2014/08/annonce_facebook_bem14.jpg?w=750&h=276

 

We don’t like samba

Morceaux choisis des mobilisations sociales qui ont secoué le Brésil depuis les manifestations de juin 2013.

FIFA GO HOME !

Projection : le dimanche 12 octobre à 15h30

 

https://bresilenmouvements.files.wordpress.com/2014/09/cropped-cropped-nosamba3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bande annonce en anglais :

http://www.youtube.com/watch?v=_Vk-_Cq9cQE

Repost 0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 21:13

 

Un petit topo rapide sur le fric. Ici un schéma sur les flux financiers lors de la coupe 2006 en Allemagne. Mais c'est beaucoup moins que pour cette édition brésilienne, et encore bien moins que pour celle du Qatar.

Conclusion ? Comme il est dit dans l'article (le lien à suivre) la FIFA se taille la part du lion! Un prédateur, c'est bien de ça qu'il s'agit.

Bises

Zinedine Z.

 

 

Ça coûte combien une Coupe du Monde de football ?

http://www.parissportifs.com/blog/ca-coute-combien-une-coupe-du-monde-de-football-27117.html

Saviez-vous que le Qatar prévoit un budget de 200 milliards de dollars pour accueillir la Coupe du Monde 2022? De quoi combler 10 fois le trou de la Sécurité Sociale en France (16,2 milliards d’euros)… Une somme astronomique qui nous amène à nous poser avec encore plus d’insistance la question du financement d’un Mondial de football à l’heure où le Brésil essaye tant bien que mal de limiter la facture pour l’été 2014.

 

 

en millions de dollars

 

D’après les rapports financiers publiés par la FIFA, le Mondial sud-africain a généré plus de 2,2 milliards d’euros de revenus, soit une croissance de plus de 20% par rapport à 2006 (1,8 milliards d’euros). Un bond qui s’explique en grande partie par la globalisation de la commercialisation des droits médias et marketing des Coupes du Monde 2010 et 2014. A noter que la FIFA a connu une hausse de l’ordre de 47% en ce qui concerne ses revenus TV et plus de 55% pour ses droits commerciaux. Une bonne pioche pour l’organisation dirigée par Sepp Blatter puisque ces deux postes représentent 95% des revenus du Mondial!

 

 

Repost 0
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 21:21

C'est simple, percutant !

Bises

Zinedine Z.

 

http://www.liberation.fr/sports/2014/06/09/boycottons-le-foot-et-la-fifa_1036967

Coupe du monde de football 2014 et Jeux olympiques de 2016 à Rio : nous avons la certitude que ces deux méga-événements accéléreront la dégradation des conditions de vie de la plupart des Brésiliens et permettront d’enclencher une campagne de dénigrement contre ceux qui s’y opposeront. Et ils sont nombreux à protester contre le Mondial de football aux cris de : «Fifa Go Home !» ; «Nous voulons des trains, des bus, des bateaux et des hôpitaux dans les standards de la Fifa». Un Mondial qui risque donc d’aggraver la crise socio-économique de ce pays.

Une grande partie de la population brésilienne a, en effet, bien compris que les investissements délirants dans les douze stades, selon les standards draconiens de la Fifa, sont totalement déplacés dans un pays qui subit les contrecoups de la crise internationale. On parle déjà d’éléphants blancs pour ces stades dont la construction ou la rénovation est très malvenue dans le contexte de paupérisation relative de fractions importantes de la population.

Evénement considérable et inouï, le Parlement brésilien a voté en juin 2012 la «Lei Geral da Copa» («loi générale de la Coupe») sous la dictée de la Fifa. Cette loi impose des jours fériés aux villes hôtes lors des matchs de l’équipe du Brésil, diminue le nombre de places dans les stades et augmente leur prix pour le public populaire. En revanche, elle autorise les boissons alcoolisées pour préserver le juteux contrat de la Fédération internationale avec la multinationale Anheuser-Busch, fabricant de la bière Budweiser, l’un des principaux sponsors de la compétition.

La loi générale de la Coupe exempte aussi d’impôts et de charges fiscales les entreprises travaillant pour cette organisation, interdit (article 11) la vente de toute marchandise dans les «lieux de compétition officielle, dans leur entourage immédiat et leurs voies d’accès principales» et pénalise (article 23) les bars qui tentent de retransmettre les matchs ou qui font la promotion de certaines marques. Elle considère, enfin, comme crime fédéral toute atteinte à l’image de la Fifa ou à ses sponsors ainsi que les publicités dites «d’embuscade» ou «d’intrusion» qui utiliseraient, sans autorisation, toute image reliée à la compétition et au football en général.

Non seulement l’emprise de la Fifa sur l’organisation est totale mais elle s’exerce aussi sur le gouvernement brésilien et sur les Brésiliens eux-mêmes qui manifestent trop bruyamment aux yeux de Sepp Blatter, Jérôme Valcke, secrétaire général, ou encore Michel Platini, l’un des vice-présidents de la Fifa, qui souhaite que cessent les manifestations («calmez-vous !»). Autrement dit, la souveraineté d’un pays de 200 millions d’habitants est mise à mal par une bande de marchands d’illusions installés dans une Suisse qui les protège par le biais de la forme juridique de la Fifa, organisation internationale non gouvernementale (association à but non lucratif de droit helvétique, inscrite au registre du commerce au sens des articles 60 et suivants du code civil suisse). De fait, la Fifa brasse des milliards d’euros et exerce sa puissance financière et idéologique dans une totale opacité.

Les principaux membres de son comité exécutif émargent à plus d’un million d’euros par an et ce ne sont de la part de ces personnages qu’une série de propos humiliants à l’égard des Brésiliens. On leur demande de «se botter les fesses» sur les chantiers des stades ; on affirme préférer organiser des compétitions avec des dictatures plutôt qu’avec des démocraties, pendant que Sepp Blatter déplore que la Coupe se soit «politisée» (la bande-annonce de BeIn Sports, le réseau de télévision qatarie, pour la Coupe du monde est claire et subtile : «Oublie la politique»). Bref, les têtes «pensantes» de la Fifa et ses sbires voudraient mettre au pas la population brésilienne avec l’appui du gouvernement sous le régime d’un football devenu une véritable puissance politique. Quelle est la légitimité de ces individus non élus et qui se cooptent dans des assemblées tenues à huis clos et à la gestion totalement opaque. Quelle est la légitimité de la Fifa, dirigée par un comité exécutif de 25 hommes d’affaires (aucune femme) qui impose sa vision du monde à tout un peuple ? Comment la Fifa peut-elle se substituer aux instances, élues et représentatives du Brésil ?

Dans un pays où l’opium sportif, la narcose footballistique sont si prégnants, où l’adhésion au football est proche d’une forme de religion, et où les stades sont considérés comme des temples, nombre de Brésiliens commencent pourtant à ne plus accepter d’en être les ouailles consentantes. Nous le disons avec fermeté : jamais le football ne sera une forme d’émancipation et son boycott, au Brésil comme ailleurs, devient une nécessité.

Michel CAILLAT Economiste, Pierre GUERLAIN Américaniste, Marc PERELMAN Esthétique philosophique, Antonin KOSIK Philosophe (République tchèque), Patrick VASSORT Sociologue, Valério ARCARY Historien (Brésil), Tilo SCHABERT Philosophe (Allemagne) et Charles-André UDRY Economiste (Suisse)

Repost 0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 09:47

Oyé oyé, c'est demain jeudi 12 juin que nous nous rassemblons à 18h devant (ou à côté de) l'ambassade du Brésil pour protester contre l'organisation de la coupe du monde, les personnes chassées de leur maison, les milliards dépensés au bénéfices des multinationales capitalistes, dont la FIFA, et la répression des mouvements sociaux au Brésil.

A demain !

Bises

Zinedine Z.

 

 

Déballonnons la FIFA !

http://www.grouchos.org/140607fifabresil.html

 

La FIFA de Sepp Blatter, face à la fronde sociale qui se manifeste au Brésil, voudrait presque se dédouaner en disant, par la voix de son secrétaire général Jérôme Valcke : « ce n'est pas la FIFA qui organise le Mondial au Brésil, mais le Brésil qui organise le Mondial dans douze villes ».

Se donner des chances de comprendre la teneur politique de l'opposition qui se manifeste presque depuis un an là-bas, consiste à lier la situation brésilienne à l'institution sportive ce que d'aucun, par simplisme ou pire ! par tactique pro-sportive, voudrait séparer. Le sport s’inscrit non seulement dans la logique du capital mais inversement aiguillonne particulièrement le mode de production dominant: il est non seulement la norme de l'engagement au travail mais aussi un modèle d'identification dans les rapports sociaux de classe. C'est ainsi que la coupe du monde de football agglomère un bloc capitaliste réunissant des multinationales, la tête de l’État brésilien et son gouvernement et bien sûr la FIFA à travers le COL (Comité d'organisation Local) de Ricardo Trade.

La raison de notre soutien au beau mouvement social brésilien et en particulier aux grévistes du métro de Sao Paulo, tient dans la dénonciation de l'immense appropriation privative des ressources commune du Brésil. Le spectacle du ballon rond a pour fonction politique de drainer l'argent public :

  • vers les grandes multinationales qui sponsorisent l’événement,

  • vers les puissants qui règnent là-bas au Brésil,

  • et bien sûr vers cette mafia sportive aux profits juteux qu'est la FIFA.

Les manifestants ne scandent-il pas : « la coupe est pour qui ? Pas pour nous » ! En effet, non seulement la FIFA fait des bénéfices astronomiques (plus de 2 milliards de chiffre d'affaire par an!) qui sont proprement indécents face à l'extrême pauvreté, mais elle impose aussi ses exigences de prestige qui ont des effets inhumains :

  • expulsions d'habitants pour permettre des constructions de haut standing pour les riches dans les zones urbaines, évacuation manu militari et destruction des habitations des populations autochtones,

  • instauration d'un ordre politique qui ressemble à un État de siège où l'intention politique est de museler les syndicats et le mouvement social à l'aide de 170 000 policiers et militaires et de juges aux ordres,

  • des cadences infernales, des risques mortels pour les ouvriers qui travaillent sur les chantiers des stades en construction ou en rénovation : déjà sept ouvriers morts depuis le début des travaux pour ce Mondial.

Contre les mirages du football : rassemblement devant l'ambassade du Brésil à Paris (M° Alma Marceau), le jeudi 12 juin à 18h00 !

 

 

Repost 0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 16:23

Les brésiliens en ont marre de se faire marcher sur la gueule au nom du foot, ils le disent haut et fort depuis des mois. Informés, quelques syndicats et associations se mobilisent en solidarité.

Exceptionnel.

Bises

Zinedine Z.

 

 

Communiqué de presse

 

Au Brésil comme ailleurs, les luttes et les libertés ne doivent pas disparaitre pour cause de Coupe du monde de football !

 

Du 12 juin au 13 juillet, la Coupe du monde de football a lieu au Brésil. En 2016, les Jeux Olympiques seront organisés dans ce pays. Pour ces deux évènements sportifs et commerciaux, des sommes colossales sont dépensées, alors que nombre de besoins essentiels de la population ne sont pas satisfaits, loin de là. Par ailleurs, la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) comme le Comité International Olympique (CIO) ont la détestable habitude de s’accommoder sans sourciller avec des régimes totalitaires. La FIFA, le CIO et les états qui les soutiennent, notamment en leur accordant d’importants fonds publics et en cautionnant, méprisent les populations qui vivent dans les pays où ils organisent ces compétitions sportives internationales : dépenses somptueuses, déplacements autoritaires de populations, répression, accompagnent souvent ces initiatives ; le Brésil n’y échappe pas.

 

Nous affirmons notre solidarité avec celles et ceux qui, au Brésil, refusent que la Coupe du monde de football soit le prétexte à de graves mesures, qui attaquent directement la population, particulièrement les plus pauvres et visent spécifiquement celles et ceux qui résistent et exigent le respect des droits fondamentaux. Des manifestations sont organisées dans plusieurs villes du Brésil ce 15 mai ; nous les soutenons.

 

Nous organiserons des rassemblements de soutien le 12 juin, jour de l’ouverture de la Coupe du monde mais aussi d’importantes manifestations de rues au Brésil ; à Paris, nous nous rassemblerons à proximité de l’ambassade du Brésil.

 

Nos organisations décident également de mener ensemble une campagne d’information sur la situation sociale et des Droits de l’Homme au Brésil, par des actions de popularisation (bulletin d’informations, réunions publiques, tournois de football, …)

 

Premières organisations signataires : AITEC/IPAM, Alternative Libertaire, CGT, CNT, CNT-SO, Droit Au Logement, Ensemble, NPA, No-Vox, Sortir du colonialisme, Union syndicale Solidaires, …

 

 

 

Contre la coupe du monde : un appel intersyndical
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Zinedine Z.
  • Le blog de Zinedine Z.
  • : Ce blog prétend déjouer l'hypocrisie du discours dominant sur le sport. Le sport est une emprise sur l'activité physique, une clôture pour la rentabiliser. Il tient le corps dans sa poigne de fer. Il enferme ses jeux, ses efforts, dans un système de mesures, afin de classer, comparer, hiérarchiser. Il presse l'activité physique sans fin pour en exiger une plus-value perpétuelle. On ne peut pas séparer le sport de la logique compétitive imposée aux êtres humains. A l'affrontement sportif correspond la lutte pour la survie, le "struggle for life" du capitalisme.
  • Contact

Recherche